AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

| .
faces and colors.
AuteurMessage
avatar
Chair à Titans
MESSAGES : 165
ICI DEPUIS : 28/06/2018

MessageSujet: faces and colors. Ven 29 Juin - 19:50


Un miroir, un visage,
et quelques boucles qui s'en échappent.
Svea a les prunelles rivées sur son minois, elle s'observe et se scrute dans les moindres détails. Désireuse d'apparaître sous son plus beau jour, rien n'a été laissé au hasard lors de sa routine, bien trop matinale. Ô qu'elle aime se faire dorloter, la joie y est d'autant plus lorsqu'elle s'invente une raison, un public, pour venir la contempler. Et aujourd'hui, c'est le cas. Il se nomme Anibal Gartzea, celui qui, pour la journée et les quelques jours à venir, se fera auditeur de cette superbe que Svea tend à faire fleurir à l'aide de ses huiles et autres artifices.
Créateur de merveilles, artisans de l'élégance, les peintures de monsieur ont fait parler de lui. La poupée se souvient encore du premier tableau, de ce cadre et des formes qu'il contenait et de ce sentiment fou qu'il a éveillé en elle. Les lèvres perdues en un 'o' contemplatif, elle finit par poser la question et on lui répondit Anibal. Trois syllabes et trois consonnes qui obsédèrent bien vite son esprit. Prise dans la torpeur de son narcissisme, la poupée s'est jetée sur le peintre et dans une missive lui a fait part de son désir, elle aussi, de voir ses traits immortalisés dans ce sillon de couleurs et courbes enchanteresses.
Il a dit oui,
comment aurait-il pu en être autrement ? Svea s'est engagée à le payer grassement, surement trop. Une grimace vient corrompre ce sourire qu'elle aurait voulu énigmatique. (Papa ne va pas apprécier.) Qu'importe, la pensée papillonne et s'envole aussi tôt apparue.
A treize heure, on annonce la venu de l'artiste. Il est jeune, si jeune. Bien plus qu'on l'ont peut s'imaginer pour des oeuvres de son calibre. Pendant un instant, Svea pense avoir affaire à l'apprenti. Mais non, il n'y a que lui. Lui et sa chevelure d'ébène, lui et sa peau ambrée par le soleil.
- Où voulez-vous commencer ? Je ne sais pas comment vous travaillez, mais la villa dispose de nombreux lieux qui pourront vous inspirer. Les jardins et son labyrinthe, les fontaines ne sont pas loin. En intérieur aussi il y a de quoi faire. Les salons sont plus que somptueux, vous devez absolument y faire un tour et voir celui d'été, mon préféré. Je vous y amène.
Sans prélude ni présentation, Svea déblatère à un rythme fou l'étendu du patrimoine de son paternel. Tandis que ces mots marquent la cadence, elle déambule et sautille dans les couloirs jusqu'à cette serre qu'elle nomme salon. Des plantes viennent caresser le mobilier mêlant végétations luxuriantes et bois sciés, travaillés et sculptés si minutieusement qu'on aurait cru voir les meubles sortir eux-mêmes de terre.
- Qu'en pensez-vous ? lache-t-elle de sa mine enjouée.

_________________

Tu avais dû confondre les lumières
D'une étoile et d'un réverbère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Backstabber
MESSAGES : 397
ICI DEPUIS : 03/06/2018

MessageSujet: Re: faces and colors. Sam 30 Juin - 13:58

You're the quiet forming cloud
You're the nebula that pulls a glow from emptiness
You're the deep and secret sea
Acquiesce in colors siphoned from the love that is me
As we are


avec svea
-------------------------------------


Anibal au pinceau, différent de celui aux armes qui s'exécute sans réel bonheur, différent du visage vide d'expression qui patrouille dans la belle capitale. Anibal au pinceau a un léger sourire sur les lèvres, les gestes délicats et quelque chose dans la position des mains qui laisse présager toute la passion des couleurs. Et les couleurs, parlons-en, qu'il aime tant, qu'il repère dans le monde sous ses yeux et qu'il veut magnifier sur le bois de sa palette. Pourtant il n'a pas de fierté déplacée à l'encontre de ses œuvres, il n'est pas de ces tristes artistes qui s'offusquent de l'attention, d'une reconnaissance sincère ou intéressée - Anibal se contente de peindre et ne se soucie pas des autres. Seul le pinceau compte, les couleurs et le mouvement de sa main. Seuls comptent les détails d'une nature, d'un visage, du vent qui se dessine entre les arbres. Et il se prépare, stoïque, à rassembler ses outils. La toile vierge est tendue sur le support, prise avec mille précautions, et le chevalet plié. Les couleurs dans une boîte sur laquelle sa soeur a dessiné, petite, et dont il n'a jamais pu se séparer. Quelques tâches qui ne veulent rien dire, mais qui sur l'instant - encore aujourd'hui, lui donnent le sourire.
Puis il y a le manoir d'une jeune fille qui comme Narcisse pourrait embrasser son reflet. Enfermée par une image plus grande que le monde, juge-t-elle sans doute. Anibal ne condamne jamais vraiment la beauté : une fleur n'a jamais honte de sa corolle, et l'océan n'est jamais détesté pour la profondeur de ses eaux.
Siebel - Siebel.
La noblesse.
Anibal n'admire pas l'or plus que pour sa couleur, et la richesse ne l'attire pas tant que cela - il a appris avec le temps qu'elle n'est pas synonyme de calme.
La lumière douce de treize heure l'accompagne, et celle-ci berce celle qu'il va peindre pendant les prochains jours. Elle parle aussitôt, et peut être qu'elle lui évoque un oiseau mécanique - à parler du salon d'été. Expression impassible avant d'esquisser un sourire et de la suivre. Il vaut mieux écouter - et regarder la délicatesse des bois et des tissus. L'oiseau n'a pas tort : tout est un décor de belle scène. L'oiseau sautille - il y a quelque chose d'adorable dans la douceur de la silhouette et dans l'innocence des mouvements. Il aimerait pouvoir peindre les mouvements dans leur amplitude. Puis l'oiseau lui pose une question.
"Mon œil pour l'architecture se limite aux couleurs et à la beauté des formes, donc mon avis doit manquer de professionnalisme." Un sourire, le chevalet qu'il pose afin de reposer son bras. "Néanmoins j'ai rarement vu plus beau salon." Pas qu'il n'en ait vraiment visité - il se remémore sa maison d'enfance, assez coquette pour décorer ses souvenirs, mais loin d'être un bout de forêt, donc du monde, au milieu des meubles.
Maintenant il s'intéresse à la lumière : l'expertise se met en oeuvre, quelques instants où la moue se fige et le regard balance entre murs et et plafond. "La lumière n'est pas bonne pour un portrait. Un sourcil haussé qu'il tente de réprimer - il ne vaut mieux pas commettre d’impairs. "Vous avez mentionné une fontaine, plus tôt."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chair à Titans
MESSAGES : 165
ICI DEPUIS : 28/06/2018

MessageSujet: Re: faces and colors. Sam 30 Juin - 22:23

- Dans ce cas, suivez-moi.
Dehors, les rayons du soleil grondent leur lumière sur l'étendu des jardins. Rosiers, chênes et autres plantes vertes ornent coins et recoins de ce vaste terrain caché derrière la bâtisse. Ici, chaque brin d'herbe respire l'exubérance de la poupée qui les a fait pousser. La fontaine n'est pas loin, visible depuis les vitres de la salle à manger, et de son centre émerge la silhouette blanche d'une femme, d'une artemis. Svea s'assoie sur son bord et profite du point d'eau pour rafraîchir sa nuque. Désormais, assise sur le marbre blanc, ses doigts filent à la surface pour y dessiner quelques spirales éphémères.
- Je pense que nous avons trouvé le lieu de nos prochains rendez-vous.
En effet, ils l'ont.
Jour après jour, Anibal est venu et Svea l'a accueilli.
Le peintre et le modèle, l'artiste et le portait.
Il la regarde, étudie les moindres traits de son visage et sur sa toile retranscrit tout d'elle : de ses boucles à ses courbes. Ils ne parlent pas, il ne parle pas. La bavarde se retient, elle a tant à dire, tant à faire sortir. Mais elle le laisse à son art, préférant chantonner ces mots lorsqu'il accepte, après coup de se joindre à elle pour le thé. Le huitième jour, leur regard se croise. Anibal fuit, Svea rougit. Dès lors, la muse s'est faite étonnement timide. Alors qu'elle pose et qu'il a l'attention prise dans ses traits, Svea s'amuse elle aussi, à le contempler.

Lors du seizième jours, il a plu.
Il a plu si fort et si vite. Dans la folie de l'orage, ils ont couru le temps de trouver refuge contre la façade de la demeure des Siebel. L'orage finit par gronder, et il est l'heure de rentrer. Dans ce premier salon qu'elle lui a fait visiter on leur sert de quoi se réchauffer.
- Oh non. D'un coup, Svea se redresse sur ses pointes pour coller son front contre les vitres glacées de la serre. Dehors, il y a ses roses. Roses blanches, roses rouges, jadis pleines de beauté, l'orage les malmène et a déjà fait s'envoler la plupart des pétales qu'elle a adoré. Les larmes aux yeux, Svea contemple le massacre, oubliant le temps d'un instant qu'Anibal la regarde.
- Vous devez trouver ça stupide, de pleurer pour des rosiers.
Une vague de honte l'envahit.   

_________________

Tu avais dû confondre les lumières
D'une étoile et d'un réverbère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Backstabber
MESSAGES : 397
ICI DEPUIS : 03/06/2018

MessageSujet: Re: faces and colors. Dim 1 Juil - 15:33

You're the quiet forming cloud
You're the nebula that pulls a glow from emptiness
You're the deep and secret sea
Acquiesce in colors siphoned from the love that is me
As we are


avec svea
-------------------------------------


Les douces journées près de la fontaine à peindre le petit oiseau qui gigote parfois un peu trop. Les traits d'abord gris, discrets, pour ne rien manquer à la jeune femme, et la nature qui s'immisce derrière elle. Comme une curieuse qui veut de plus près regarder la nymphe. Les couleurs viennent, petit à petit, du vert tendre à la peau tendre, de la couleur de la pierre à celle de la robe - et à celle des cheveux, dont les courbes chatouillent son pinceau.
Il n'y a pas une couleur du monde que sa palette ignore.
La lumière lui évoque souvent les notes délicates du thé pour laquelle elle insiste, et dont il n'est jamais déçu.
Il a décidé de rendre ses joues plus roses quand elle a rougit - il se souvient avoir détourné le regard.
Il se souvient avoir eu le cœur battant la chamade quand les premiers gouttes sont tombées. Panique pour la toile si bien avancée, panique pour les couleurs délicates, panique quand il tente de recouvrir l'art de quelque protection en tissu. Anibal s'inquiète pour le tableau dans la chaleur du salon d'été, et espère que les petites tâches qu'il voit se dessiner pourront être rattrapées. Si bouleversé par la peinture qu'il ne remarque pas la demoiselle Siebel coller son front aux vitres, inquiète pour les roses. Il pense aux roses de la toile, il pense à la chevelure si sauvage à dompter en des traits distincts, et craint aussi pour sa petite réputation d'artiste. Les lèvres pincées, il regrette de ne pas avoir remarqué le gris des nuages, et maudit l'orage qui gronde au dehors.
L'orage, ce monstre destructeur des travaux des hommes, l'orage qui les trempe jusqu'aux os et force le monde aux abris. Un regard pour le tableau, puis un pour la demoiselle toujours contre la vitre.
Anibal remarque les larmes de la jeune fille quand elle leur donne vie par les mots, et il ne sait pas quoi répondre. "Ce sont des roses." Le ton est perplexe - ne s'inquiète-t-elle pas pour le tableau qu'elle a demandé ? Ne s'inquiète-t-elle pas de devoir passer plus de temps encore sans bouger, au bord d'une fontaine ? "Vos roses ne risquent rien, elles se remettront vite des fortes pluies."
Peut être qu'il n'en a rien à faire des roses, qu'il ne pense qu'à son oeuvre. "Ne pleurez pas pour elles." Il n'est pas certain que ce soient les bons mots, ni même de savoir comment réagir à ce genre de situations. "Peut être quelques larmes pour le tableau." Le tableau sur lequel il concentre son regard, triste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chair à Titans
MESSAGES : 165
ICI DEPUIS : 28/06/2018

MessageSujet: Re: faces and colors. Dim 15 Juil - 14:42

- Ce sont bien plus que des roses... susurre-t-elle en caressant de ses phalanges ses joues ruisselantes.
Svea se souvient, elle se souvient de cette femme basanée à la chevelure si brune, si sombre, qu'on aurait cru y voir toutes les couleurs de ce monde y plonger et en faire leur cimetière. Svea se souvient de ces après-midi passés dans les jardins à jouer avec la terre et ses vers et, à salir ses souliers et, à tâcher ses jupons. Quel âge avait-elle à l'époque?
Elle ne sait plus.
Elle ne sait plus rien Svea, le souvenir se veut lointain, si lointain et si douloureux que la danseuse a préféré l'oublié : l'enfouir dans une petite boite tout au fond de son coeur. Ce coffret du passé est resté ainsi, des années durant, prisonnier quelque part dans sa mémoire et temps à autres, à travers les roses, il se mettait à murmurer. (Ô Svea, ne m'oublie pas. Ô Svea, regarde-moi). Sans savoir pourquoi, sans savoir comment, la ballerine s'est prise de passion pour toutes ces roses qu'elle s'est mise à planter autour du tout premier rosier. Elle a passé des jours et des nuits à protéger leur épine, à caresser leur pétale et à embrasser leur superbe. Ce n'est en rien la première fois qu'elle voit la pluie s'attaquer à ses précieuses, pourtant aujourd'hui elle pleure. Pourquoi?
Peut-être à cause de vous, Anibal.
Anibal est son teint ambré, Anibal est sa chevelure de jais. Si elle devait dessiner la femme de ses souvenirs, elle la taillerait dans le même diamant que le peintre. Ils ont quelque chose en commun, un je-ne-sais-quoi qui a fini par perturber Svea.
- Votre oeuvre mérite elle-aussi toutes mes larmes, je suis désolée. Contrairement aux roses, elle est unique.
Elle s'approche de lui et pose sur son épaule une main tremblante et peu assurée.
- Est-il vraiment amoché ?
Secrètement, elle espère que oui. (Comme ça, il reviendra.) Mais voudrais-t-il revenir? Elle a peur de le voir lui rendre sa fortune et lui dire qu'il en a assez. Assez de travailler avec elle, assez de voir sa tête et ses bouclettes. Après tout, il a sans doute mieux à faire, d'autres clients à voir, d'autres chefs-d'oeuvres à forger.
Et Svea a déjà l'une de ses oeuvres, ça peut lui suffire. Elle a accroché l'oeuvre signée Gartzea la vieille dans cette même pièce, le lieu ne lui plait guère. Demain, elle demandera à l'intendance de le déplacer dans sa chambre.  



_________________

Tu avais dû confondre les lumières
D'une étoile et d'un réverbère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Backstabber
MESSAGES : 397
ICI DEPUIS : 03/06/2018

MessageSujet: Re: faces and colors. Dim 15 Juil - 15:57


Il ne comprend pas les larmes pour les roses, démuni devant le visage humide et l'inquiétude d'une jeune fille. Car ils ne se connaissent pas, quelques heures dans la fraîcheur d'un jardin, sous la caresse du soleil ne sont que quelques heures. On arrache un prénom, on se souvient d'un rire, mais il n'y a rien de plus à dire. L'autre est un inconnu sur peinture, un visage dont les contours sont marqués par le geste de la main, et les couleurs un mélange de pigment.
Il ne comprend rien à la confusion du cœur, à ce petit oiseau qui se bouleverse pour des plantes qui sont plus que des plantes, mais qui sont en vérité des fleurs qui cachent, certainement, sous leurs pétales les tranchants souvenirs.
Peut être devrait-il se sentir stupide, tableau en main, à réclamer des larmes. Mais encore, il ne la connait pas ; tendre noble qui souhaite l'immortalité de l'instant.
Ce n'est qu'une peinture - ce ne sont que des roses.
Toile de la nature contre celle de l'Homme, l'un et l'autre fragile. Contrairement aux roses, elle est unique que la jeune fille dit, et il n'est pas à douter que le peintre se sent coupable de ne s'inquiéter que pour son oeuvre.
Seulement un peu - c'est Anibal après tout.
Elle a une main sur son épaule et il se rend compte qu'elle tremble. Je peux le retoucher sur mon temps libre, et vous laissez tranquille. Par politesse, pour ne pas qu'elle dédie plus de ses après midi à s'asseoir à la fontaine. Mademoiselle, vous tremblez.  Parce que les frissons la rendent plus frêle encore, il demande enfin : Vous avez froid ?
Parce qu'elle a quelque chose de Lucrezia avec ses grands yeux, avec cette main sur l'épaule, avec l'émotion dans la voix.
Elle n'est pas sa sœur, Anibal se réduit au silence - il n'y a rien qu'il peut dire, il est un simple peintre qui est né au delà de la capitale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chair à Titans
MESSAGES : 165
ICI DEPUIS : 28/06/2018

MessageSujet: Re: faces and colors. Dim 22 Juil - 22:41

Ils vont s'en aller,
son peintre et sa peinture, ses moments et ses souvenirs qu'elle ne parvient toujours pas débloquer. Svea a la caboche cassée, il y a quelque part dans son esprit un verrou sans clé qui ne cesse de s'agiter. Anibal a bien failli le déverrouiller, lui et sa gueule d'ange oublié. Mais Svea n'est pas prête et si frêle. Elle a la mémoire si agitée que tout son corps s'est animé. Il lui dit qu'elle tremble, elle lui dit qu'elle sait. Brutalement elle se retourne, lâche son épaule pour faire glisser ses paumes de ses tempes à son crâne. Elle a la tête qui tourne un peu, rien de grave se dit-elle. Rien de grave se répète-t-elle à elle-même. Mais c'est grave Svea, ne te mens pas.
Elle aurait souhaité se faire discrète, mais Anibal la remarque, bien sûr qu'il la remarque, il est là et c'est bien là le problème.
- Oui, ment-elle. Pouvez-vous me prendre mon écharpe.
Elle lui indique l'objet posé sur le canapé et tente de se calmer mais rien n'y fait. Elle pense encore à ses roses et à cette femme. Elle ne comprends pas, elle ne comprends rien. Maintenant suante, elle dégouline son malêtre et empeste toute la pièce. La présence d'Anibal n'arrange en rien son cas. Elle a honte, honte de se donner ainsi en spectacle, honte d'apparaitre toujours aussi faible.
- Partez maintenant.
La voix suave se fait plus grave, plus sèche.
- J'AI DIT PARTEZ.
Ainsi s'achève l'histoire du peintre et de sa peinture empoisonnée.

_________________

Tu avais dû confondre les lumières
D'une étoile et d'un réverbère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: faces and colors.

Revenir en haut Aller en bas

faces and colors.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les bonnes offres du dé à 3 faces
» Variante de Command & Colors
» Command and Colors Napoleonics
» [Reprise] Command & Colors Battlelust
» Flying Colors (GMT Games)

behind the walls :: Intra-Muros :: Sina :: District de Stohess :: les demeures-